La réglementation française en matière d'acoustique, l'une des plus strictes à l'échelle européenne, prévoit qu’une nouvelle installation ne doit pas générer un bruit supérieur à 35 décibels ou provoquer une émergence sonore de plus de 5 décibels le jour et de plus de 3 décibels la nuit par rapport au "bruit ambiant" initial.

Menée par Echo Acoustique, l'étude acoustique vise à mesurer le "bruit ambiant" avant l'installation du parc éolien, ce qui va ensuite permettre de simuler l’effet sonore des éoliennes en période de jour et de nuit et de choisir l'implantation qui respectera les seuils réglementaires.

Si nécessaire, un plan de bridage peut être mis en place. Ce dispositif consiste à freiner voire arrêter les éoliennes dans certaines conditions de vent.

Dès la mise en service du parc éolien, la réglementation prévoit une réception acoustique pour vérifier le respect de ces limites réglementaires. Le plan de bridage est alors validé ou adapté.

Le cas du projet éolien des Noës

6 sonomètres ont été installés à proximité des habitations les plus proches du site d'implantation :

Des mesures acoustiques effectuées en juin et octobre 2018

L’impact sonore prévisionnel du parc éolien (mesures réalisées l’hiver hors période végétative) est considéré comme modéré par le bureau d’études Echo Acoustique. Il apparaît néanmoins que, dans certaines conditions environnementales (hiver) et de vent, et lorsque le parc fonctionne à sa puissance maximale, un léger dépassement est possible.

Pour s'assurer du respect de la réglementation, un plan de bridage sera mis en place sur l'éolienne E1.